Centre de Recherche et de Développement

Historique et Fonctionnement

Création

La création du centre de Recherche pour le Développement remonte à l’année 1996 (décret N° 96-614 du 09 Aout 1996). A sa création, la vocation qui lui a été assignée est : la recherche au service du développement.


Ressources humaines

Le Centre de Recherche pour le Développement comprend des équipes thématiques et rassemble 6 chercheurs nationaux permanents et plusieurs chercheurs associés. Dans le cadre du partenariat tissé avec l’IRD, le CRD accueille depuis le 1er septembre 2015 le Dr Marc Egrot, Chargé de recherche, Médecin et anthropologue.


Interactions avec l’IRD

Le CRD accueille Marc Egrot, chercheur en anthropologie, depuis le 1er septembre 2015. Sur l’ensemble des programmes en partenariat avec l’UMR Mivegec de l’IRD, le CRD est chargé de réaliser des volets en sciences sociales au sein de recherches multidisciplinaires qui seront de nouveau présentées ce soir à l’IPR pour les autres disciplines.

Dans la JEAI EvapalCI, « Evaluation multidisciplinaire du risque de transmission du paludisme après la crise sociopolitique en Côte d’Ivoire », le CRD est chargé d’analyser les facteurs sociaux susceptibles de moduler la transmission du paludisme, mobilisant le Dr Dimi Doudou et trois étudiants en Master 2 qui ont déjà soutenu. Les rapports sont en cours de finition et la restitution se fera prochainement lors de l’atelier final.

Le CRD est en charge de trois Procédures Opérationnelles Standard (POS) en sciences sociales sur le programme multidisciplinaire Palevalut, intitulé « Evaluation opérationnelle de la lutte intégrée contre le paludisme en Côte d’Ivoire », coordonnée par l’IPR et financé par l’Initiative 5%. La POS sur l’anthropologie de la lutte mobilise les Dr Dimi Doudou, Brahima Coulibaly et Kra Gérard. Les deux POS en économie sont réalisées par le Pr Aka Bédia François et 2 chercheurs. Le traitement des données est en cours.

Le Programme Lupaci, « Lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire : pratiques sociales et résistances » est coordonné par l’IPR et financé par le C2D. Deux étudiants terminent leur mémoire encadré par Dimi Doudou, l’un sur la circulation des pesticides, l’autre sur les usages domestiques et maraîchers de ces produits, en cherchant à comprendre la construction sociale des processus décisionnels et les logiques des acteurs sociaux. En géographie un étudiant encadré par Raphael Oura procède à l’analyse spatiale des bas-fonds et des sites de maraîchage. Ce programme a bénéficié de l’appui de Marc Egrot en anthropologie, de Florence Fournet et Daniel Couret en géographie.

Le Programme Arborisk, intitulé « Etude multidisciplinaire du risque d’émergence des arboviroses dans les agglomérations urbaines » est coordonné par l’IPR et financé par le C2D/ PReSeD-CI. Le volet anthropologique est sous la responsabilité du Dr Dimi Doudou et du Dr Brahima Coulibaly. Deux étudiants en Master 2 réalisent actuellement leur terrain, l’un sur les cheminements de soins de cas avérés de dengue ou de fièvre jaune ; l’autre sur la mémoire des épidémies. Ce programme a bénéficié de l’appui de Marc Egrot en anthropologie.

Résultats

Le partenariat avec l’IRD a permis, au-delà des questions scientifiques, de renforcer les capacités du CRD. Les financements des projets ont permis l’acquisition de matériel informatique, de bureau, d’enquête mais aussi des motos.

Un renforcement des savoirs et savoir-faire s’est fait grâce à des encadrements en continu, rendus possibles par la présence de chercheurs de l’IRD, en affection pour Marc Egrot ou en Mission longue durée pour Florence Fournet et Daniel Couret. Il s’est agi aussi de formations plus formalisées, notamment l’atelier méthodologique en sciences qualitatives soutenu par le programme des Activités Thématiques Structurantes de l’IRD, une formation à la base de données ACCESS, une initiation à la cartographie avec le logiciel QGis faites par Daniel Couret, la formation sur les bases de données bibliographiques faite par Edoukou Ehui de l’IRD-Abidjan.

Le partenariat avec l’IRD a aussi permis le développement de Collaborations Sud-Sud avec le Bénin, dans le domaine de la formation, mais aussi avec la venue de Flore Gbofan, qui réalise un doctorat sur les usages de pesticides, en mission de 4 mois à Bouaké.

Ces programmes ont permis de créer une dynamique. De nouveaux projets sont en cours d’élaboration, l’un sur les prescriptions médicales en rapport avec le paludisme, l’autre sur la circulation des médicaments hors officines et un troisième sur la demande vaccinale en contexte post-crise suite aux journées PPR/SEAO sur la vaccination organisée par le CRD en décembre 2015.

Projets de recherche en cours
  • 2015 - 2016 : Evaluation opérationnelle de la lutte intégrée contre le paludisme (PALEVALUT), Madagascar, Bénin, Côte d’Ivoire, Cameroun, Niger. Financement : Initiative 5% Paludisme. Le CRD est responsable du volet socio-anthropologie pour la Côte d’Ivoire. Ce projet est réalisé en collaboration avec l’Institut Pierre Richet qui en est le principal porteur. Etat d’avancement : Analyse des données

  • 2014 - 2017 : Lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire : pratiques sociales et résistances (LUPACI). Financement, C2D AMURGE. Le CRD est responsable du volet anthropologie et géographie pour la Côte d’Ivoire. Ce projet est réalisé en collaboration avec l’Institut Pierre Richet. Etat d’avancement : collecte des données

  • 2014 - 2017 : Evaluation multidisciplinaire du risque de transmission des arboviroses sur l’axe Abidjan-Ouagadougou (ARBORISK). Financement, C2D AMURGE. Le CRD est responsable du volet anthropologie pour la Côte d’Ivoire. Ce projet est réalisé en collaboration avec l’Institut Pierre Richet. Etat d’avancement : collecte des données

  •