L’évolution du harcèlement en société est de plus en plus visible. Il s’est accru en s’accentuant sous diverses formes : chantage à l’embauche ou à la promotion, menaces de représailles en cas de refus de céder à des avances sexuelles, agressions morales, harcèlement sexuel au travail ou ailleurs, violence au travail, harcèlement moral à l’école et au travail.

Aborder la thématique du HSMP est nécessaire dans la mesure où elle encourage le dénouement des langues à propos d’un phénomène qui existe, sauf que sous-déclaré. Un atelier en ce sens permet donc de renforcer les capacités des acteurs du milieu universitaire, en plus de contribuer à lutter contre ce fléau.

C’est dans cette optique que la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) et l’Université Alassane Ouattara (UAO), ont organisé un atelier sur le thème : « le   harcèlement sexuel en milieu professionnel », le 23 et 24 juin 2022 à l’hôtel du stade et à l’UAO de Bouaké.

Après les activités du  jeudi 23 juin qui se sont déroulées à l’hôtel du stade, c’est au tour de la salle American Corner de l’UAO de recevoir les organisateurs de ces ateliers pour parler de la thématique du harcèlement sexuel en milieu universitaire.

Pour le président du club de paix de l’UAO Joël KONAN, « il  y’a effectivement des formes de harcèlement dans nos cités. Que ce soit le harcèlement entre enseignants et étudiants, entre étudiantes et enseignants, entre étudiants et étudiantes, etc. ». Ce qui permet au point focal genre et féminisme à  la FES, Docteure CAMARA Kletio  Aîssatou,  d’affirmer que « le harcèlement sexuel n’a pas sa place en milieu professionnel parce que cela a des conséquences énormes sur le mental, sur la santé, sur les objectifs des uns et des autres. ». L’objectif donc de ces rencontres est de lutter contre le harcèlement sexuel en milieu universitaire, mais aussi en milieu professionnel.

Au terme de ces deux jours d’atelier, Docteure LAMAH épouse KAGBA Nina du Département des Sciences du Langage et de la Communication (SLC) se dit satisfaite parce que « les débats nous ont permis d’ouvrir les yeux sur ce phénomène et de voir dans quelle optique il pourrait avoir une cellule d’écoute et de suivi de ces victimes. ».

Cette activité s’est achevée à l’UAO par la présentation du livre les traditions-prétextes : le statut de la femme à l’épreuve du culturel, de madame  constance YAI paru en 2014 chez JD-Editions  et qui est un pamphlet de 151 pages subdivisé en cinq grands chapitres par la vice-présidente du club étudiant 2.0.

Le Service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.