Dans le cadre de la  réalisation du projet IMPALA, le samedi 20 août 2022, à la grande salle de réunion de la préfecture de Bouaké, a eu lieu la cérémonie de présentation des 10 films documentaires réalisés dans la ville de Bouaké par la structure AFRICADOC-CI.

 En effet,  du 4  juillet au 20 août 2022 l’ONG  AFRICADOC-CI a effectué des séances de travail sur le cinéma africain.

Au terme de ces ateliers, 10 films documentaires axés sur les objectifs du développement durable ont été réalisés sur et dans la ville de Bouaké.

 D’après le premier responsable d’AFRICADOC-CI Laurent BITTY l’objectif de cet atelier est de raconter l’histoire des peuples africains. Il soutient que depuis longtemps l’histoire des Africains a été racontée par d’autres personnes « étrangères ». Il est donc tant que le cinéma africain raconte sa propre histoire à travers le documentaire,  c’est-à-dire l’histoire de l’Afrique.

« L’Homme est au centre de  toute activité. Le documentaire est au centre de l’Homme, il est le miroir de notre société,  c’est pourquoi il doit être un pilier essentiel pour notre développement »,  a déclaré le président  Laurent BITTY.

Les participants à ce projet se sont dits satisfaits.

Gemima KAMBOU ivoirienne, stagiaire en réalisation et auteure du film  « Jamais trop tard » s’est exprimée en ces termes : « nous avons acquis des connaissances et eu des expériences solides». Même joie pour SOURA Fahisal Léonce participant burkinabé qui a réalisé le film « conduire sa vie ».

« Je suis un homme de fiction, le documentaire étant nouveaux pour moi et manquant d’outils nécessaires, j’ai décidé de prendre part à ce projet et je suis satisfait ».

 Les amoureux du cinéma ont également eu droit au visionnage des films documentaires suivants :

 « L’Abouadji » de Olivia YAO ; « Pas bandits » de Estelle KONE ; « Maman Awa » de Zeinabou Ali SABO ;  « L’enfant de la crise » de Raïssa KOUASSI, « L’œuvre de l’esprit » de Nankou KANOUTÉ ; « Agbé évé », de Armand k. SOSSOU ; «  Trawlain » de SIRAFOLO et « Gonfreville » de Bi Franck BOLY.

Ces films mettent en relief le paysage multicolore de la ville de Bouaké et le vécu  quotidien de ses habitants. Les différents acteurs ont saisi cette lucarne pour  exhorter la jeunesse à voir dans le cinéma une porte de sortie professionnelle que tout le monde peut embrasser.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie dont madame LISON Diomandé, Directrice générale de l’Office National du Cinéma Côte d’Ivoire (  ONAC-CI).

« C’est une belle initiative, car la formation est au début de tout», a- t-elle affirmé. La directrice s’est réjouie également de la forte mobilisation des jeunes, des formateurs et des acteurs. Elle a par ailleurs affirmé  tout son soutien et le soutien du ministère de la Culture au projet d’AFRICADOC-CI.

Ce projet a vu la participation des acteurs venus de différents pays africains notamment : le Cameroun, le Mali, le Burkina Faso, le Togo, le Sénégal, le Niger et la Côte d’Ivoire.  

Le Service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

20 − dix-sept =