L’UNESCO est l’agence des Nations Unies qui coopère avec les pays afin que des possibilités d’enseignement supérieur de qualité soient accessibles à tous dans le cadre de l’Objectif de Développement Durable 4 (ODD4). Elle met l’accent en particulier sur l’inclusion, la reconnaissance des qualifications et l’assurance qualité, essentiellement dans les pays en développement. Dans le but d’approfondir et d’élargir les efforts communs de production de connaissances, de dialogue autour des politiques publiques, d’échange et de mise en réseau, il a été tenu la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’enseignement supérieur à Barcelone du 18 au 20 mai 2022. Cette Conférence visait à remodeler les idées et les pratiques dans l’enseignement supérieur pour assurer un développement durable pour la planète et l’humanité. Mieux renforcer les dispositifs déjà existants à l’effet de transformer durablement les espaces de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation en raison des perturbations mondiales engendrées par la pandémie de Covid-19.
C’est dans ce dynamisme que la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO, interface entre l’État de Côte d’Ivoire et l’UNESCO, a initié la campagne nationale de formation et d’information à l’endroit de la gouvernance des autorités universitaires de Côte d’Ivoire. La première phase, s’est tenue ce jeudi 1er Juin 2023 en amphithéâtre math-Info de l’Université Alassane Ouattara (UAO) sous le thème : « stratégies de mise en œuvre du mandat de l’UNESCO par les structures accréditées par l’UNESCO à Bouaké ». Cet atelier avait pour objectif principal d’informer les autorités de ces structures sur les politiques de l’UNESCO, susciter, à long terme, un intérêt des autorités aux initiatives de l’UNESCO afin d’entretenir la bonne position de la Côte d’Ivoire au sein de l’Institution à Paris. Cette activité de formation a réuni la gouvernance de UAO, les Chaires UNESCO Anticipation, Prospective et Territoires Durables, de Bioéthique et la Ville de Bouaké en tant que membre du Réseau mondial des Villes apprenantes.


Cette cérémonie de renforcement des capacités a donné lieu à la signature du document portant création du Cadre Collaboratif Permanent (CCP) par le Secrétaire Général de la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO (CNI-UNESCO), Dr SORO N’Golo Aboudou, M. DIABY Aboubakar Peter, adjoint au Maire de la Commune de Bouaké chargé de la coopération décentralisée, la culture, le sport et de la francophonie ainsi que le Prof Michel KODO, vice- Président de UAO chargé de la Pédagogie, représentant le Président KOUAKOU Koffi.
Prenant la parole au nom du Prof BAKAYOKO Ly Ramata, Ambassadeur de la Côte d’Ivoire à l’UNESCO, M. SORO N’Golo Aboudou a invité spécialement les enseignants chercheurs à s’intéresser activement aux différentes politiques mises en place par l’UNESCO. Selon lui, « les bonnes idées germent généralement à l’Université. Il est donc nécessaire que les chercheurs s’impliquent dans les actions de L’UNESCO et participent aux activités ou actions qu’elle organise au niveau national afin de produire un document pays typique à la Côte d’Ivoire.
Quant à M. DIABY Aboubakar Peter, il a salué la signature du partenariat liant lesdites structures. Il a ajouté que : « cette collaboration entre ces structures permettra de contrôler leurs actions et présenter un bilan à l’UNESCO. En plus de cela, Bouake est une ville apprenante, ce qui sous-entend que les défis sont énormes. Il s’agit pour les acteurs de cette ville de transformer la population par l’éducation et la formation. »
Ce sont plus de 200 participants qui ont pris part à l’atelier de formation sur les stratégies de mise en œuvre du mandat de l’UNESCO dans la ville apprenante de Bouaké.


Le Service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + 17 =