Les 26, 27 et 28 juillet 2022 s’est tenu au campus 2 en Amphi C de l’Université Alassane Ouattara (UAO), un colloque international sur la prospective  avec pour thème « la prospective de la gouvernance des territoires en Afrique face aux enjeux de développement durable ».

Sur ce sujet, le chef du bureau UNESCO à Abidjan, Oumar DIOP a défini la prospective comme étant un outil d’aide à la prise de décision, d’information et d’échange. Toujours selon  lui, la prospective nous parle du futur qui vise un mieux-être dans le temps et dans l’espace.

Au nom du Président de l’UAO le Professeur KOUAKOU Koffi, le vice-président chargé de la pédagogie, le Professeur Michel KODO a salué les organisateurs de ce grand banquet scientifique avant d’ajouter que la prospective permet de prendre en compte le transport et les conflits fonciers.

Pour le Professeur KOUASSI Kouamé Sylvestre, le titulaire de la Chaire UNESCO « Anticipation, Prospective et Territoires Durables » de l’UAO, ce colloque a permis d’analyser la problématique de la prospective, d’innover en impliquant les praticiens de la prospective comme le haut conseil des transports de Bouaké et solliciter l’expérience de la mairie de Bouaké. En effet, la prospective consiste à imaginer de manière efficace et efficiente le futur en réfléchissant sur la question des grands dangers liés aux actions de l’homme sur la nature (la pauvreté, la déforestation, le changement climatique) et à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes.

En somme, ce colloque a réuni plusieurs pays notamment le Sénégal, le Maroc, le Benin, le Niger, le Mali… Il a eu également la participation de plusieurs partenaires de la Chaire, dont l’ANADER, la SODEFOR, la GIZ et autres collectivités territoriales telle que la Mairie de Bouaké, qui ont animé différents panels. Les représentants de ces structures ont notamment partagé leurs expériences en matière de gouvernance territoriale et se sont exprimés sur leurs actions menées ainsi que les projets liés aux enjeux de développement de leurs organisations.

Les différentes communications se sont inscrites dans les axes suivants : « aménagement du territoire et développement durable » ; « gouvernance des villes africaines » ; « mobilités et transports durables » ; « gouvernance du foncier et des territoires ruraux » et « gouvernance des forêts et espaces naturels protégés ».

Le service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

17 − un =