Les Universités africaines depuis les années 1990 connaissent des troubles jusqu’à ce jour. C’est pour en parler que des scientifiques du Département de Philosophie de l’Université Alassane Ouattara (UAO) ont organisé un colloque international pluridisciplinaire qui s’est tenu du jeudi 09 au samedi 11 juin 2022 à l’UAO sur le thème : « la crise de l’Université en Afrique : diagnostic et éléments de stratégies transversales. ». L’objectif de cette rencontre scientifique est d’abord de faire l’état global de la situation de crise des Universités d’Afrique, d’identifier ensuite les causes de la persistance des crises au sein de ces Universités et proposer des stratégies englobantes et pertinentes pour sortir les universités africaines de leur léthargie.

Selon le chef de département de Philosophie de l’UAO, le Professeur TRAORE Grégoire, l’Université en Afrique depuis quelques décennies est appelée à répondre à de ‘’grands défis en termes d’éducation’’, de recherche et de gouvernance liées souvent à la massification du nombre d’apprenants et à leur dissémination à travers le monde, à l’évolution de l’état d’esprit de la jeunesse et à l’inadaptation du système d’enseignement aux exigences modernes. C’est dans cette même veine que le Professeur YEO Kolotioloma Nicolas, Président du comité d’organisation dudit colloque  a expliqué qu’en organisant cette rencontre, le comité d’organisation espère des experts et des participants, des analyses objectives et des propositions précises qui permettront de ‘’rehausser l’image de l’université en Afrique’’.

Quant au Professeure N’DRI-TEHOUA Pélagie, Vice-présidente de l’UAO, représentant le Président de ce temple du Savoir, le Professeur KOUAKOU  Koffi, elle a souhaité le traditionnel ‘’Akwaba’’ aux participants et a souligné la préoccupation de l’État de Côte d’Ivoire, face aux menaces du système éducatif, qui est de mettre en place un Enseignement Supérieur de qualité depuis les indépendances. Toutefois, elle admet que des efforts ont été consentis par le gouvernement pour redorer le blason du système éducatif ivoirien dans son ensemble. Cependant, toujours selon le Prof N’DRI-TEHOUA cet élan de satisfaction n’empêche pas la réalité des difficultés, des pressions, des tensions de toutes sortes, des grèves, constituant à la fois les manifestations de dysfonctionnement et des menaces permanentes à l’instauration d’un système d’enseignement supérieur de qualité.

Pour Madame KANATE Fatouma, Vice-présidente du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel, représentant le Président de cette Institution, le Docteur Eugène Aka AOUELE, patron du colloque, cette rencontre intellectuelle est la bienvenue. C’est pourquoi, au nom du Dr Aka AOUELE, elle a souhaité que les recommandations qui y sortiront ne soient pas rangées dans les tiroirs.

« Ce colloque est le bienvenu parce que les crises dans les Universités en Côte d’Ivoire, on les connaît. Alors, il faut  réfléchir sur ces questions pour apporter des solutions afin que ce genre d’évènements ne se reproduisent plus. Nous voulons féliciter le Département de Philosophie pour avoir initié ce colloque qui j’espère sera pris en compte par l’enseignement supérieur de la Côte d’Ivoire ainsi que les Universités de l’Afrique ».

Ce sont plus d’une centaine de communicants venus des Universités africaines et européennes qui ont pris part à ce colloque de l’UAO.

Le Service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq × deux =