Le Centre Africain d’Histoire du Droit, des Institutions et des Idées Politiques (CAHDIIP) de l’Université Alassane Ouattara (UAO) a organisé un colloque international sur le thème : « la Famille. Questions anciennes, questions nouvelles » du mercredi 29 novembre au vendredi 1er décembre 2023 à l’amphithéâtre KA du campus 1 de ladite institution.

Ce colloque qui se veut un lieu de réflexion, d’échange d’expériences et de propositions concrètes sur la famille dans le temps et dans l’espace avait les objectifs suivants : examiner et montrer la corrélation évolutive entre la famille ancienne et celle d’aujourd’hui ; partager de manière pluridisciplinaire, transversale et transfrontalière les questions soulevées et les réponses à y apporter ; élaborer des propositions concrètes sur la définition juridique de la famille, ses frontières et ses fonctions d’hier à aujourd’hui.

Au cours ce banquet scientifique, le président du comité d’organisation, Dr Yeo Francis a d’abord souhaité la bienvenue à tous les participants, remercié le Président Koffi KOUAKOU qui a accepté de les recevoir dans son institution pour la tenue dudit colloque. Il a fait savoir que ce colloque a enregistré 70 panelistes venus de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Zimbabwe, de la France, etc. et aussi des pays européens ». Cette rencontre scientifique a eu plus de 85 propositions venant de contributeurs de 10 pays différents, pour la plupart ce sont des juristes, les sociologues, les anthropologues, les journalistes et les missionnaires chrétiens ».

Quant au directeur du CAHDIIP, le Prof. Séraphin NENE BI, il a affirmé que cette rencontre est importante parce qu’elle ne concerne pas uniquement les religieux, les psychiatres, et autres sociologues mais, elle concerne tout le monde. « Ici, la famille est le lieu des silences, du secret et de l’intimité elle ne peut échapper à l’intervention des puissances publiques », s’est exprimé le Prof. Séraphin NENE BI.

Dans son intervention, M. Séni Berni NAMAN, représentant le Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Adama BICTOGO, a expliqué que le CAHDIIP développe un sujet très fondamental dans la mesure où « la famille est le socle d’une société, il est essentiel de créer des conditions favorables à l’épanouissement de ces membres qu’il soit hommes, femmes ou enfants. C’est aussi dans ce même cadre que la thématique abordée par le CAHDIIP au cours de ce colloque intéresse autant l’Assemblée nationale au point où les échanges scientifiques permettront de rendre plus nouvelles les questions de la famille.

Service de la communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + dix-neuf =