Du jeudi 2 au samedi 4 décembre 2021, le Centre de Recherche et d’Études sur le Droit et les Finances Publiques (C.R.E.D.FIP) de l’Université Alassane Ouattara(UAO) a organisé, un  colloque international sur le  thème : « les nouvelles frontières du droit » à l’amphithéâtre KA du campus 1 de l’UAO, en collaboration avec la Fondation allemande Konrad-Adenauer Stiftung.

 Venus de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, du Sénégal, etc. des enseignants-chercheurs, chercheurs et praticiens du droit ont réfléchi sur les mutations subies par le droit au sein du droit.

Procédant à l’ouverture dudit colloque, leProfesseur Koffi KOUAKOU, Président de l’UAO a  remercié la Directrice du C.R.E.D.FIP Professeure Pélagie N’DRI THEOUA pour l’organisation de cette rencontre scientifique. Il a ajouté qu’un colloque est très important pour une université parce qu’il constitue un cadre d’échanges et de partage du savoir.

Selon Professeure Pélagie N’DRI THEOUA, le droit subira une transformation en fonction des mutations constatées dans la vie sociale et économique de la société, de même que le droit lui-même peut avoir une influence sur la vie en société. Dès lors, « ces réflexions vont aider à conduire les réformes que nous constatons aujourd’hui, en ce qui concerne notre système juridictionnel, mais aussi les réformes constatées au niveau de la conception de notre droit, la matérialisation de notre droit.», a-t-elle expliqué.

Pour justifier l’aide matérielle, et surtout financière apportées au C.R.E.D.FIP pour l’organisation dudit colloque, Théodore GOLLY,  chargé du programme dialogue politique en Afrique de l’Ouest de la Konrad Adenauer Stiftung, a affirmé que ce soutien vise à aider le C.R.E.D.FIP à faire  des propositions, des recommandations qui pourront aider le monde universitaire, les sociétés en général à pouvoir tenir compte de ses nouvelles mutations vécues dans leur quotidien.

« Ce sont des échanges qui sont mutuellement enrichissants, parce que les mêmes problèmes se posent très souvent dans différents pays et il est bon de s’enrichir de l’expérience des autres pour savoir comment ils ont réglé tel ou tel problème. », s’est réjoui le Professeur  Salif  YONABA du Burkina Faso.

Ce colloque a enregistré la présence du Professeur Martin Bléou, Professeur titulaire de Droit constitutionnel.

Le Service de Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

19 − douze =