La Direction des Œuvres Universitaires, de la Vie Associative et de Genre (DOUVAG) du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a organisé la journée nationale de la non-violence en milieu universitaire le jeudi 09 novembre 2023, à l’amphithéâtre Médecine du campus 1 de l’Université Alassane Ouattara (UAO).

Représentant le Président de l’UAO, le Prof KOUAKOU Koffi, le Vice-Président chargé de la vie Universitaire, de la Recherche et de l’Innovation Technologique, Prof SÉKONGO Gossouhon a encouragé les étudiants à embrasser la responsabilité qui accompagne nos désaccords. Á cet effet, il les a invité à prendre le temps de comprendre les perspectives diverses, de trouver des points communs et de construire ensemble un milieu universitaire où la paix et le respect mutuel sont les piliers de notre communauté. En le faisant, « nous contribuons à pacifier notre Université. », s’est-il exprimé.

Parlant de la raison principale qui fonde cette rencontre entre les acteurs des universités publiques ivoirienne, surtout les étudiants, le Directeur des œuvres Universitaires, de la vie associative et du Genre, Dr Sidibé DAOUDA a affirmé que c’est pour échanger encore une fois avec les jeunes frères et sœurs afin qu’ils puissent remplacer les actions de violences par des actions de dialogues pour le bonheur du système d’Enseignement Supérieur, car la violence porte un impact négatif sur l’employabilité des diplômés issus de nos systèmes.

Quant au Directeur de Cabinet du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Prof KOBÉA Toka Arsène, représentant le Ministre Adama DIAWARA, il a abondé dans le même sens que Dr Sidibé DAOUDA en mettant un accent particulier sur le combat mené par le Ministre Adama DIAWARA depuis sa prise de fonction à la tête du MESRS. Il s’agit de la continuité pédagogique et surtout le retour de la paix sur l’espace universitaire. « On ne peut pas aller régulièrement à l’école s’il n’y a pas de paix sur l’espace universitaire. La violence sur l’espace universitaire est à combattre parce que ça nuit à la réputation de nos apprenants vis-vis du secteur productif, le secteur privé. Aujourd’hui, quand nos diplômés cherchent du travail, on leur dit vous venez des Universités, vous allez amener ici le syndicalisme, la violence. ».

Pour finir, Yaya NANTOUME, secrétaire national à l’information et à la communication du Comité des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire(CEECI), a affirmé la position pacifiste et pacifique du syndicat estudiantin qu’est le CEECI. Selon ses dires, « le CEECI demeure toujours engagé pour la pacification des espace scolaires et universitaires en Côte d’Ivoire et le CEECI étant un acteur majeur de cet espace, il était important qu’on puisse prendre part à cette journée ».

Cette journée a réuni les étudiants de l’UAO ; de l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa ; l’Université Felix Houphouët Boigny ; Des Directeurs d’Universités ; des Enseignants-chercheurs et Chercheurs ainsi que des membres du personnel administratif et technique des différentes Universités ivoiriennes.

Plusieurs conférences ont meublé cette journée à savoir : « quels usages des cultures et civilisations ancestrales ivoiriennes dans la pacification de l’espace universitaire ? »; « Quelles responsabilités des acteurs dans le processus de pacification du milieu universitaire ? ».

Le Service de la Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 7 =