Le Laboratoire Ruralités de l’Université de Poitiers en France, en collaboration avec le Laboratoire Villes Sociétés et Territoires (VST) de l’Université Alassane Ouattara et l’ONG Groupe de Recherche et d’Action en milieu Urbain et Rural (GRAMUR) de Yaoundé (Cameroun), ont organisé l’atelier interne pour le suivi des activités d’enquête du projet de recherche COSEFAC intitulé : « Conflits violents, déplacements de populations et sécurisation du foncier rural au Cameroun et en Côte d’Ivoire », du lundi 27 au jeudi 30 mars 2023 au campus1 de l’UAO, précisément à l’espace numérique de la bibliothèque centrale.


Selon le Prof Pierre KAMDEM, géographe à l’Université de Poitiers et membre du conseil académique restreint de Poitiers, cet atelier du COSEFAC, a été initié dans l’optique de sécuriser le foncier rural dans des contextes de crises.
« L’objectif principal est d’essayer de repérer les différents types de crises qui existent et qui ont une connotation foncière afin de trouver des solutions adéquates pour résoudre d’autres problèmes qui existent déjà, et aussi de trouver un outil de régularisation. », s’est-il exprimé.
Au terme de sa communication, le professeur Pierre KAMDEM a expliqué que suite à la présentation des « cas de Yaoundé et des cas de Bouaké », il en ressort qu’il existe une sorte de multiplicité de situations conflictuelles dans lesquelles le foncier rural est partie prenante et mis en précarité.
Quant au participant N’DRÉ Rémi, doctorant au département de géographie à l’UAO, il s’est réjoui de l’organisation de cette rencontre.


« L’occasion était vraiment utile et nous avons bien profité de cette opportunité parce que le foncier représente beaucoup pour nous et d’ailleurs pour le monde rural. Le projet qui s’inscrit dans le cadre du développement nous a permis de comprendre aussi que les parents du monde rural sont confrontés à des difficultés » s’est-il exprimé.
Ce sont 15 participants venus de la Côte d’Ivoire, du Cameroun et de la France qui ont pris part à cet atelier.


Le service de la communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × quatre =